La comprenette

@Albert Renger-Patzsch

Il y a des choses qu’on a eu envie de comprendre, mais qu’on ne comprend pas. D’autres que l’on a comprises sans en avoir eu l’envie. D’autres encore que l’on n’a pas comprises et que l’on ne veut pas comprendre. En plus de celles que l’on a comprises d’avoir voulu les comprendre.

À bien y regarder, nous pourrions dresser un portrait de chacun d’entre nous à partir de ces pauvres alternatives. Comme si ces très simples rapports au réel parvenaient à dessiner de façon quasi automatique nos refus, nos incapacités, nos désirs et nos habiletés (au demeurant, l’ensemble dépend simplement pour moitié du libre-arbitre, si l’on veut bien y réfléchir). On pourrait tracer par là, de façon élémentaire, mais aussi finement que des empreintes digitales, la piste particulière, complexe, définitive et passagère, que l’on nomme (pour tout simplifier) – un individu. Ou une sensibilité : car il arrivera toujours que certains réagissent à ce qu’ils ne comprennent pas par la peur, comme les chiens qui aboient devant l’inconnu qui passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *